Conseil Municipal de Wattrelos du 1er Février

1/ Motion sur le nouveau plan bus Ilevia

2/ Débat d’orientation budgétaire

REPONSE A LA MOTION SUR LE NOUVEAU PLANS BUS ILEVIA

ilenaz

Depuis lundi 28 janvier, une nouvelle offre de transport a été mise en place. Ilevia, le joli nouveau nom de Transpole nous promettait une offre renouvelée et restructurée.

La réalité s‘avère cruelle, a fortiori pour les wattrelosiens. On constate un affaiblissement global du réseau avec la disparition de lignes importantes et des fréquences de bus diminuées.

A Wattrelos, comme le souligne cette motion, nous sommes particulièrement touchés par ces changements.

Cette offre de transport est issue de choix politiques mis en place par M. Darmanin, ex-Vice-président de la Mel chargé des transports.

En effet, lorsque la Délégation de service public a été renouvelée avec Keolis, le marché était clair : faire diminuer de 10% le cout des transports en commun dans la Métropole.  On en voit les conséquences aujourd’hui. Ce renouvellement avec Keolis, tous les conseillers communautaires wattrelosiens l’ont approuvé. Qu’ils ne s’étonnent pas des conséquences de leur vote !

1700 morts mel

La Métropole s’asphyxie de jour en jour. 1700 morts dus à la pollution en 2018. 66 jours de pollution aux particules fines alors que l’OMS en recommande 3 au maximum.

Et comme réponse, c’est l’augmentation des tarifs à l’été 2018, 60 portiques anti-fraude pour un cout de 70 millions et une offre de transport en commun diminuée.

Il est plus que temps de penser à la gratuité des transports en commun dans la métropole. A l’instar de Dunkerque qui a mis en place cette mesure en accroissant l’offre aux usagers.

Il est plus que temps que Wattrelos obtienne des transports en commun dignes d’une ville de 43000 habitants.

A ce sujet, Monsieur le Maire, pouvez-vous nous dire ou en sommes-nous des études pour la mise en place d’un tramway dans notre ville comme annoncé par Monsieur Damien Castelain en 2016 ?

Nous approuverons cette motion.

Merci

Thierry DUEL

ARLESIENNE TRAM



Débat d’orientation budgétaire

dobwattrelos

Je suis très heureux de pouvoir participer à ce débat. Certes, ce n’est pas celui désiré par Emmanuel Macron, mais je ne doute pas que la référente LREM de ce grand débat aura un engagement sans faille pour faire vivre ce grand moment de participation citoyenne dans tous les quartiers de notre ville. Même si le doute m’étreint puisque, comme l’a dit Jean Gadrey, ce grand débat risque plutôt de ressembler à « vous pouvez répondre ce que vous voulez à mes questions, pourvu que ce soient mes réponses. »

GRAND DEBAT

Venons-en à ce débat d’orientation budgétaire.

Avouons d’abord les efforts sémantiques. Après, en 2018, le « « freinage de l’évolution tendancielle des dépenses » ce qui, concrètement, voulait dire baisse des dotations, cette année nous avons droit, à la page 10, à un stupéfiant « l’exercice 2019 ne sera donc pas aussi pire qu’il aurait pu l’être ». Si, on cherche un exemple pour tarabiscotage, le voilà !

Vous nous dites que les fondamentaux économiques de la France restent bons…

Mercredi, pendant que Bruno Le Maire essayait de souligner la robustesse de l’économie française, les commentateurs s’inquiétaient, eux, de ses mauvaises performances. Selon l’Insee, la croissance du PIB aurait plafonné en 2018 à 1,5 %, après un fort ralentissement au dernier trimestre à 0,3 %. Très loin des 2,3 % mesurés en 2017. Et au-dessous du 1,7 % espéré en 2019 par l’exécutif dont la prévision se trouve fragilisée.

La consommation est dramatiquement au point mort, avec seulement + 0,8 % en 2018. « C’est proche de ce qu’on avait en période d’austérité », observe l’OFCE. D’autres signaux sont au rouge : l’investissement a ralenti en dépit de l’allégement des impôts des riches et du capital censé profiter à la croissance, tout comme les exportations (+ 3,1 %, contre + 4,7 %). De quoi faire douter jusqu’aux plus libéraux. « Le verdict est tombé, l’effet Macron a fait pschitt », ­résumait un responsable du cahier économie d‘un journal gauchiste : le Figaro.

En effet, les fondamentaux économiques restent bons…

landré figaro

Vous nous annoncez que les dotations aux collectivités ne baissent pas. Ceci dit, elles n’augmentent pas non plus, et c’est déjà en soi une très mauvaise nouvelle.

Sauf que, la FDPTP est largement en baisse. Les départements ne font que répartir ce fond qui est destiné à des communes dites « peu aisées financièrement ». Ce fond est en baisse de 49 millions d’euros. C’est donc bien une baisse de dotation de l’état.

Depuis Sarkozy, ces dotations sont soit bloquées, soit en baisse. C’est intolérable pour les Wattrelosiens, pour les services à rendre aux Wattrelosiens.

  « Alors oui, il faut dénoncer la stratégie suivie par le Gouvernement en matière de collectivités locales, car ces dernières ne sont que la variable d’ajustement d’un budget de l’Etat qu’on prive de recettes fiscales, en totale inutilité économique. Pour favoriser les intérêts particuliers de ses électeurs riches et rentiers, le Pouvoir affaiblit les ressources qui œuvrent à l’intérêt collectif, il freine les investissements qui donnent à notre économie son efficacité et qui améliorent les conditions de vie. Ce gouvernement n’a qu’une politique pour nos collectivités : le garrot ! ». Je ne me lasse pas de vos propos du temps du premier ministre Fillon.

« La situation de la ville est saine et prometteuse » dites-vous encore.

Pourtant, l’article de Mediacités, paru en Novembre, nous dit exactement le contraire : « La Cour régionale des comptes déplore n’avoir trouvé « aucune prévision, ni aucun éclairage prospectif, que ce soit en fonctionnement ou en investissement » et « aucun plan pluriannuel d’investissement ». Autrement dit, Wattrelos navigue à vue. Problème : les récifs ne sont pas loin… La capacité de désendettement, qui indique le nombre d’années dont aurait besoin théoriquement la collectivité pour rembourser sa dette, si elle y affectait toutes ses ressources disponibles atteint  33 ans en 2017, alors que la prudence recommande de rester aux alentours de 10 ans. Des pointes à 15 ans sont envisageables, pour absorber de gros investissements. Mais ils font cruellement défaut à Wattrelos, dont le patrimoine part à vau-l’eau, à cause de la situation financière tendue. » On  est très loin de votre vision prometteuse, non ?

De plus, on entérine un nouveau prêt en remplacement d’un emprunt toxique. Cela devrait être une bonne nouvelle, même si ce nouveau prêt a une durée de 20 ans, soit 6 de plus que le précédent…

majorité raison le chat

Où est donc la stratégie financière prometteuse reposant sur 3 piliers (comme souligné page 12 et 13) ? Ces 3 piliers seraient plutôt enlisés dans un béton de très mauvaise qualité, tel celui de notre regrettée et indispensable piscine.

Comme toujours, le personnel sera impacté par ce budget. Le pouvoir d’achat des agents est en berne, les conditions de travail se dégradent, or ces agents sont toujours une simple variable d’ajustement au moment des choix budgétaires.

Notre commune aura des investissements indignes d’une ville de 43000 habitants : rénovation de Victor Provo, terrain synthétique  du Cretinier (ceci sous couvert d’engagement du département). Le minimum sera fait pour entretenir  notre patrimoine. Rien n’est encore très clair  sur la création d’une salle de spectacles.

«L’exercice 2019 ne sera donc pas aussi pire qu’il aurait pu l’être » disiez-vous. Permettez-moi, de corriger, dans le style de votre pensée complexe : « l’exercice 2019 ne sera donc pas aussi meilleure que vous tentiez de faire croire qu’il aurait pu l’être ».

Merci

Thierry DUEL

Publicités
Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

Droit de manifester : la dérive autoritaire se poursuit

Droit de manifester : la dérive autoritaire se poursuit

MACRON OEIL GILETS

Avec la loi sur les violences en manifestation, la majorité vient d’ajouter une nouvelle loi liberticide à son arsenal répressif.

Aujourd’hui les mots sont importants. Il ne s’agit pas d’une « loi anti-casseurs » mais d’une loi anti-manifestant·e·s qui vise à faire taire toute expression politique qui dérange le pouvoir dans un contexte général de recul des droits et libertés en France.

Cette loi prévoit, en l’état, la possibilité pour le préfet d’émettre une interdiction de manifester et la constitution d’un fichier des personnes interdites de manifestation (articles 2 et 3).

Ces décisions seront prises sur la base de présomptions, de suppositions de la police selon une définition floue et extensive des actes répréhensibles. En effet, l’arrêté pourrait être prononcé sur des « agissements » qui feraient que la personne « constitue une menace d’une particulière gravité pour l’ordre public » ou sur le fait de son appartenance de près ou de loin à un collectif jugé répréhensible. Pour Amnesty International, « Cela n’est rien d’autre qu’une présomption de culpabilité par association. Il sera ainsi possible pour le préfet d’interdire à une personne de manifester, simplement sur la base de ses fréquentations jugées mauvaises par les services de renseignement ou le pouvoir exécutif ».

Ce premier article est un moyen de renforcement des pouvoirs du préfet sur le contrôle de l’expression politique sans aucun contrôle judiciaire. Pour Ugo Bernalicis, il s’agit d’un « glissement du pouvoir de l’autorité judiciaire indépendante vers le pouvoir de l’exécutif, du préfet et de la police ».

Quatorze député·e·s LREM ont voté en faveur de la suppression de cet article, à l’instar de l’ensemble de leurs collègues de gauche ; trois autres se sont abstenu·e·s.

En plein délire anticipatif, après le délit de groupement, l’article 1er permet la fouille et l’inspection des personnes et de leur véhicule au nom de la recherche d’armes qui peuvent être des « armes par destination ». Selon, encore une fois, l’appréciation souveraine de la police tout pourrait être considéré comme une arme par destination, du stylo aux balles de pétanque dans sa voiture.

Cette nouvelle loi introduit encore un peu plus d’arbitraire avec son article 4. Désormais une personne qui a le visage partiellement ou totalement caché lors d’une manifestation pourra être condamné à un an d’emprisonnement et jusqu’à 15.000 euros d’amende. Savoir si la personne utilise son écharpe en cache nez contre le froid ou pour se dissimuler intentionnellement sera à la discrétion de la police. Elle pourra interpeller et mettre en garde à vue toutes personnes qu’elle jugera « douteuses ».

On assiste là au vote d’une loi générale contre l’exercice d’une liberté publique fondamentale, contre un pilier de notre démocratie ainsi qu’à l’affaiblissement de nos principes fondamentaux de droit pénal.

Les député·e·s de la France insoumise refusent la criminalisation et les entraves au droit de manifester, ils ont déposé 58 amendements en ce sens. La France insoumise propose d’abroger le décret Sarkozy de 2009 sur la dissimulation du visage en manifestation, de renforcer la sanction pécuniaire pour toute entrave au droit de manifester et d’encadrer le recours au procureur. Les député·e·s de la FI ont proposé de redonner le contrôle au pouvoir judiciaire pour que la prérogative du préfet lui soit retirée. Cette proposition tend à faire cesser l’inflation des pouvoirs de police administrative sans aucun contrôle juridictionnel, situation qui affaiblit gravement notre démocratie.

La protection de la liberté de manifester passe aussi par la protection des manifestant·e·s eux-mêmes contre les violences. La France insoumise a proposé l’interdiction des LBD et des GLI F4ainsi que la création d’un observatoire des violences policièresLe choix de l’affrontement et de la violence envers les manifestant·e·s est un choix politique et idéologique du gouvernement auquel les député·e·s de la France insoumise préfèrent la désescalade. En effet, la position gouvernementale du « maintien de l’ordre » ne garantit pas la protection des libertés fondamentales et exalte les tensions.

BABOUSE OEIL GILETS

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

Le coup du Grand Débat – Jean-Luc Mélenchon

LE COUP DU GRAND DÉBAT

Jean-Luc Mélenchon

melenchon ima

Macron a écrit aux français une lettre qu’ils liront peut-être, s’ils ont le temps. Cette lettre sera un flop. Bavarde, sans angle qui souligne les enjeux politique, elle faufile son discours entre les sujets qu’elle aborde de façon erratique. La demande de clarté et de sincérité qui monte du pays se dilue ici dans une dissertation laborieuse et chafouine. Ce qui tue dans l’œuf ce qu’elle pourrait être, c’est qu’elle affirme d’une part une volonté de continuité « droit dans les bottes » de la politique libérale et d’autre part le fait qu’on ne sait rien à propos de la façon dont les bavardages prévus donneront lieu à des décisions. Ce document, à lui seul, confirme l’incompréhension de Macron sur la nature du moment politique en cours. Imagine-t-on Mai 1968 se terminant dans un colloque décentralisé de cette sorte ?

 

bd lettre macron.jpg

 

Parfois en lisant, on se frotte les yeux ! Quel culot quand même ! De fausses questions ouvertes sonnent comme autant de manifestes de pensée libérale. Comme cette saillie de faux bon sens : « Mais l’impôt, lorsqu’il est trop élevé, prive notre économie des ressources qui pourraient utilement s’investir dans les entreprises, créant ainsi de l’emploi et de la croissance. Et il prive les travailleurs du fruit de leurs efforts. Nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises pour corriger cela afin d’encourager l’investissement et faire que le travail paie davantage ». Autrement dit, on ne peut remettre en cause la suppression de l’ISF ou la pérennisation du CICE puisque c’est ce qui est désigné par ce vocabulaire technocratique. Des fois, la ficelle est vraiment très grosse : « Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ? A l’inverse, voyez-vous des besoins nouveaux de services publics et comment les financer ? ».

Qui pourrait bien être entraîné par une telle prose faite de tant de ruses et dissimulations ? 

C’est le moment de rappeler que Macron a déjà fait deux fois le coup du grand débat. Une fois à propos de l’Outre-Mer, une seconde à propos de l’Europe. De tout cela il n’est rien sorti de concret. Même pas des souvenirs. Et pour ce qui concerne l’Europe, on peut dire que personne ne s’est rendu compte que l’événement avait lieu ! Il y a une différence de taille pourtant. Car ce nouveau « grand débat » est présenté comme la réponse à la situation d’insurrection citoyenne. Et cela au moment-même où elle vient de faire une démonstration de force remarquée ce samedi. La seule question qui vaille c’est de savoir si elle répond si peu que ce soit à l’état d’esprit du moment. Je crois le contraire. Le décalage se ressent quasi physiquement. Le ton, l’abord des thèmes, tout sent à plein nez la technocratie, et l’arrogance intellectuelle. Et en même temps, on voit crûment le manque d’empathie pour le peuple en action. Pourtant ceux-là en 10 semaines, 12 morts et 1000 blessés ont fait basculer le néo libéralisme triomphant dans la détestation universelle. Les stratèges de l’Elysée ne semblent pas comprendre que le slogan de toutes les manifestations est « Macron démission ». C’est cela qui fédère l’expression commune. C’est une sérieuse indication sur le fait que les questions sociales sont devenues une question désormais politique dans le pays. Ce qui ne se règle pas avec l’organisation de causeries. La vague de l’histoire passe. Quelqu’un le dit à Macron ?

 

lettremacron2

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

Conseil municipal de Wattrelos du 20/12/18 (1)


Conseil municipal du 20/12/18 (1)

Interventions du groupe « Wattrelos Ouvertement à gauche »

Thierry Duel

cm fev 18

QUESTION ORALE : Situation des agents du entre Hospitalier

Monsieur le Maire, Monsieur le Président du conseil de surveillance de l’hôpital de Wattrelos,

Le lundi 3 décembre, la direction du Centre Hospitalier de Wattrelos a annoncé aux organisations syndicales ne pas être en mesure d’assurer le paiement des salaires des agents de janvier 2019 et qu’un risque pesait également sur la paie de décembre 2018.

Cette annonce a été réitérée par le directeur aux membres du CHSCT. Même si, à ce jour, la paie de décembre devrait être assurée,  aucune annonce rassurante n’a été faite pour janvier.

Le centre hospitalier présenterait un déficit de 2,2 millions d’euro soit près de 10% du budget de l’hôpital.

Nous voilà ici face aux conséquences d’une politique de santé purement comptable et bien loin des besoins sanitaires de notre ville. Les méthodes de management et de gestion imposées aux hôpitaux depuis près de 20 ans ont des conséquences dramatiques pour la santé de nos concitoyens. Et le plan santé de Madame Buzyn va encore accélérer ces conséquences.

plan santé buzyn

Au nom du sacro-saint pognon, on ferme des maternités, on ferme  des services d’urgences et on compresse et maltraite les personnels.  En 2018, c’est encore 1.4 milliards d’euros de crédit en moins pour les hôpitaux publics. Merci Madame Buzyn, Merci Monsieur Macron et Merci Madame Osson d’avoir voté ce budget purement de droite.

Comment s’étonner qu’avec de telles politiques le centre hospitalier de Wattrelos soit en grande difficulté ?

Comment comprendre que des agents qui soignent, soulagent et réconfortent tous les jours et cela dans des conditions extrêmement difficiles, n’auront peut-être pas leurs salaires versés en janvier ?

Monsieur le Maire, Monsieur le Président du conseil de surveillance de l’hôpital de Wattrelos,

Pouvez-vous intervenir auprès du ministère des solidarités et de la santé afin que les agents de notre centre hospitalier touchent en temps et en heure leurs paies de  janvier, comme est déjà intervenu le syndicat majoritaire de l’Hôpital de Wattrelos par le biais de la Fédération CGT Santé – Action Sociale ?

La réponse, énervée, de Monsieur Baert ne lève aucune inquiétude pour les agents du Centre hospitalier. Cela reste flou, et quand c’est flou , c’est bien qu’il y a un loup…ligne

VOEU POUR LE MAINTIEN DE LA SPECIALITE ARTS PLASTIQUES AU LYCEE ZOLA

arts plast

Le Rectorat vient de décider, pour la rentrée de septembre 2019, de la fermeture de l’enseignement de spécialité « Arts Plastiques » au Lycée Emile Zola de Wattrelos.

Cet enseignement permet aux élèves passionnés par cette discipline de réussir l’examen du baccalauréat et d’envisager des études artistiques dans l’enseignement supérieur en France, en Belgique voire en Europe.

Si cette fermeture est confirmée, plus aucun  lycée du secteur Roubaix -Tourcoing ne proposera cette spécialité.

Seul Lille conserve cette spécialité. Faut-il y voir une nouvelle discrimination envers la jeunesse du versant nord-est au profit d’une ville déjà largement surdotée ?

lycee zola logo

De plus, cette fermeture entraine une suppression de poste pour le lycée alors que celui-ci a déjà subi des pertes importantes de moyens administratifs et de surveillance.

Par ce vœu, le conseil municipal de Wattrelos exige le maintien de la spécialité « Arts Plastiques » au lycée Emile Zola et demande donc à Madame la Rectrice d’Académie de revenir sur la décision prise le 7 novembre 2018.

Voeu adopté à l’unanimité !

 

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

Adrien Quatennens à Roubaix le 14 Decembre

 

 

Adrien Quatennens sera  à Roubaix le 14 Décembre pour une réunion publique consacrée aux élections européennes.

Avec Sophie Rauzer, Julien Poix et Paul Zilmia, candidats aux élections européennes.

Théâtre Pierre de Roubaix 

vendredi 14 décembre – 19h00

reu publiq rbx 14dec18

 

 

 

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

Vote du budget recherche sur les cancers pédiatriques

PLF2019 : vote du budget recherche sur les cancers pédiatriques

 

Intervention de Michel Larive, député France Insoumise

 

À 5h25 vote d’un budget de 5 millions d’euros en faveur de la recherche sur les cancers pédiatriques, alors que plusieurs amendements prévoyaient jusqu’à 20 millions d’euros, ce qui est déjà très peu pour cette cause.

5 millions d’euros c’est le prix de la bonne conscience, sachant que le gouvernement a supprimé 204 millions d’euros de crédits à la recherche !

 

Ci dessus, le compte rendu des debats sur ce sujet :

Mission « Recherche et enseignement supérieur » (état B)

 

 Mme Laurence Trastour-Isnart. Cet amendement, auquel de nombreux collègues se sont associés, s’inscrit dans la continuité d’un amendement que j’avais présenté lors de l’examen de la première partie de ce PLF.

Il s’agit de mieux lutter contre le cancer de l’enfant. En effet, nous avons le sentiment que la recherche peine à trouver des solutions pouvant améliorer les conditions de vie et les traitements des enfants atteints de cancers.

Au total, 500 enfants sont emportés chaque année en France par cette terrible maladie. Ce bilan est insupportable. Pourtant, les spécialistes, les praticiens, les médecins sont absolument convaincus qu’avec des moyens financiers plus élevés, la recherche dans ce secteur pourrait atteindre de meilleurs résultats.

Ce constat a déjà été fait par les députés de la précédente législature, d’où une cruelle impression d’attentisme et d’immobilisme ressentie par les familles des enfants. Car la maladie, elle, n’attend pas, elle frappe.

C’est pourquoi, nous proposons de doter de 20 millions d’euros supplémentaires l’action « Recherches scientifiques et technologiques en sciences de la vie et de la santé », pour financer aussi bien la recherche oncopédiatrique que la recherche fondamentale. C’est une mesure simple, de bon sens. Au regard du budget de l’État, la somme est faible : elle représente 0,00047 % des dépenses nettes que l’État autorise en 2019.  

Sur ce sujet si douloureux, qui comprend des enjeux considérables, il convient d’agir rapidement et au-delà des différences partisanes. Ainsi, madame la ministre, nous ne pouvons que vous inviter à faire un véritable effort.

 

La parole est à Mme Béatrice Descamps, pour soutenir l’amendement n1932.

Mme Béatrice Descamps. Moi non plus, je ne sais pas si ce chiffre est le bon, mais je propose également d’attribuer 20 millions d’euros de crédits supplémentaires vers l’action « Recherches scientifiques et technologiques en sciences de la vie et de la santé », en vue d’un effort nécessaire, primordial, indispensable, ciblé sur la recherche contre les cancers pédiatriques.

En matière de santé, la France peut s’enorgueillir d’offrir à ses concitoyens une médecine à la fois accessible et de qualité. Pourtant, force est de constater qu’un segment de notre société, à savoir les enfants atteints de cancers et de maladies incurables, ne bénéficie que faiblement de cette renommée et de ce savoir-faire.

Comme Augustine, Eva, Mathis, je l’ai déjà dit, 2 550 enfants sont diagnostiqués atteints d’un cancer chaque année. Nous ne pouvons pas accepter l’idée que des cancers touchant autant d’enfants ne fassent pas l’objet de recherches pour des traitements curatifs.

Il est indispensable de favoriser le développement de projets de recherche fondamentale spécifiques aux cancers des enfants. De tels programmes permettraient d’appréhender les spécificités de ces cancers, de développer des thérapies plus efficaces et plus adaptées, ainsi que de faciliter la prévention de certaines formes de cancer.

Les constats et attentes, partagés à la fois par les familles qui nous regardent et nous écoutent ce soir et par les professionnels, ont été corroborés par le groupe d’études sur les cancers pédiatriques précédemment cité, que Mme Faure a présidé de 2015 à 2017. Ses conclusions sont sans détour : une contribution destinée à financer la recherche contre les cancers touchant spécifiquement les enfants devrait abonder un fonds dédié.

Fabrice Brun. À cette heure avancée de la nuit, nous abordons un sujet particulièrement sensible et douloureux, celui des cancers pédiatriques. C’est l’occasion de rappeler que le cancer est la première cause de décès par maladie des enfants et d’affirmer d’emblée, dans le prolongement d’Éric Woerth, que personne, ici, n’utilise à des fins politiques la souffrance des parents et des enfants. Je pense d’ailleurs que les familles qui nous regardent ou nous regarderont demain ne nous le pardonneraient pas.
Nous avons cependant le droit de dire avec force qu’il manque des moyens afin de chercher et trouver des remèdes pour guérir les enfants du cancer. Cet amendement, qui pourrait faire consensus, vise à flécher 18 millions d’euros sur la recherche relative au cancer de l’enfant, plutôt que de les laisser noyés dans la masse. Ce montant de 18 millions s’explique par le fait que les associations, qui nous ont fait remonter leurs besoins, les ont estimés entre 15 et 20 millions d’euros.

Notre rôle de législateur, de responsables politiques, est d’aider les chercheurs, de faire en sorte qu’ils passent le maximum de leur temps à se concentrer sur la recherche pure, non pas la recherche de financements.

Tel est le sens de notre démarche. En effet, personne ici ne souhaite entrer dans une bataille de chiffres. Il est important de poser ensemble un acte fort, une forme d’union sacrée, comme le rappelait Martial Saddier. Pour ce qui me concerne, je voterai l’amendement du Gouvernement : il faut le faire, pour les 2 500 nouveaux cas par an de cancer diagnostiqués chez des enfants et adolescents. Ils ont besoin de nous. Ils ont besoin de thérapies plus adaptées. (Applaudissements sur les bancs du groupe LR et quelques bancs du groupe LaREM.)

 Éric Diard. Je tiens tout d’abord à vous remercier, madame la ministre, pour vos explications. Moi aussi, en mon âme et conscience, je voterai votre amendement. Nous le savons, c’est un débat transpartisan, qui suscite un consensus sur tous les bancs.
Le cancer pédiatrique est une réalité douloureuse. Quoi de plus douloureux et injuste que la maladie, le cancer d’un enfant ? Rien, je crois, nous le disons haut et fort ce matin. On parle de 2 500 nouveaux cas de cancers chaque année, et de 500 enfants décédés. Le président de la commission des finances a aussi rappelé que certains enfants gardaient toute leur vie des séquelles de la maladie.

Mais ce que nous n’avons pas dit, c’est que depuis les années 2000, le taux de guérison des cancers de l’enfant a tendance à stagner. Il faut le rappeler, et tirer la sonnette d’alarme. Il est très important de flécher les crédits sur les cancers pédiatriques et de miser sur la recherche fondamentale.

Comme vous tous, chers collègues, j’ai écouté les parents, et les médecins spécialisés en oncologie. J’ai été frappé de leur entendre dire que, même si elle y consacrait toute sa fortune, la personne la plus riche du monde ne pourrait rien pour sauver un enfant d’un cancer incurable. En revanche, cela pourrait sauver les enfants atteints de la même tumeur quatre ou cinq ans plus tard.

Le système immunitaire de l’enfant est différent de celui de l’adulte. La génétique peut également être en cause. Il faut soutenir la recherche.

Nos amendements proposent d’y consacrer 18 millions, parce que les médecins et les associations ont évalué les besoins entre 15 et 20 millions d’euros. Madame la ministre, vous proposez 5 millions. Il va falloir nous expliquer pourquoi. (Applaudissements sur les bancs du groupe LR.)

le président. Quel est l’avis du Gouvernement sur cette série d’amendements ?

Mme Frédérique Vidalministre. Je demande le retrait des différents amendements au profit de celui du Gouvernement.

le président. Je mets aux voix les amendements identiques nos 988, 730, 1019, 1458, 1503 et 1928.

(Il est procédé au scrutin.)

le président. Voici le résultat du scrutin :
Nombre de votants                        71

Nombre de suffrages exprimés                71

Majorité absolue                        36

Pour l’adoption                28

                Contre                43 (LREM + MODEM)

vote cancers enfants

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

A Lille, salle comble pour Jean-Luc Mélenchon

A Lille, salle comble pour Jean-Luc Mélenchon

 

FB_IMG_1540941960939[1]

 

Ce mardi 30 octobre, salle comble pour le Meeting de Jean-Luc Mélenchon sur l’évasion fiscale.
En présence des candidats aux européennes de Mai 2019 Anne-Sophie Ligniert, Paul Zilmia et Julien Poix.
Mais aussi des députés de La France insoumise des Hauts de France Ugo Bernalicis et Adrien Quatennens.

meluche lille oct 18
Assurément une réussite grâce au travail des équipes militantes qui ont su organiser pareil événements en quelques jours.

 

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

Jean Luc Mélenchon à Lille ce soir

Jean Luc Mélenchon à Lille ce soir

 

jlm lille301018

 

Mardi 30 octobre, Jean-Luc Mélenchon sera en meeting au théâtre Sébastopol à Lille.

Partagez l’événement :

https://www.facebook.com/events/553835521745361/

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

COMMUNIQUE DE PRESSE, Restos du Cœur – Centres Sociaux – Wattrelos

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Restos du Cœur – Centres Sociaux

rdc acsw

 

Jeudi dernier, un accord a été trouvé entre l’Association des Centres Sociaux de Wattrelos et les Restos du cœur, ce qui permettra de prolonger d’une saison la mise à disposition de locaux au sein du Centre Social de la Mousserie.

Je me félicite de cet accord qui permettra aux Restos du cœur de poursuivre leur action au profit des trop nombreux Wattrelosiens qui souffrent du chômage, de la précarité et de l’exclusion. Encore plus aujourd’hui, suite aux mesures injustes prises par Macron et consorts depuis 2017. Mesures soutenues par M. Baert et Mesdames Osson et De Smedt…

Ces trois-là qui connaissaient la situation entre les centres sociaux et les Restos du cœur depuis avril !

Alors pourquoi n’ont-ils pas agit depuis 6 mois ?

Et pourquoi jeter l’opprobre sur les centres sociaux aujourd’hui ?

En effet, à présent, on les entend vilipender les projets des centres sociaux.

projet_ropeens

On aurait préféré les entendre il y a un an quand 18 contrats aidés indispensables au bon fonctionnement des centres sociaux ont été supprimés.

Aujourd’hui, un accord est trouvé jusqu’à la fin de la saison des Restos du cœur.

La municipalité doit donc s’atteler à trouver une solution pérenne pour le bien-être de nos concitoyens durement éprouvés par des années de politique pro riches et anti pauvres !

Thierry DUEL
Conseiller Municipal
France Insoumise

bandeafi

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

Senyor Valls, ¡Hasta nunca ! 

Senyor Valls, ¡Hasta nunca ! 

IBERE IS COMMING

Madame Osson était toute « émotionnée » le 2 octobre pour le départ de Monsieur Valls de l’Assemblée Nationale.

Elle disait tout son attachement à l’homme parce qu’entre autres il est venu très fréquemment à Wattrelos. En effet, on se rappelle de sa dernière venue, largement traitée par « Le petit journal » en 2013 et encore visible sur les réseaux sociaux (https://www.dailymotion.com/video/x3zcvxp).

Cet ex-premier ministre serait donc un homme de valeurs.

En effet, c’est cet homme qui a allumé la machine à destruction du Code du Travail, bafouant l’ensemble des acquis sociaux, avec la première version de la Loi Travail que Gattaz approuvait.

C’est cet homme qui a mis en place, avec Macron, le CICE. Des milliards de cadeaux au patronat sans aucune compensation en termes d’emplois.

Les employés d’HappyChic à Roubaix et Wattrelos et ceux de Carrefour Contact à Wattrelos remercient Monsieur Valls d’avoir largement facilité leurs licenciements.

Comme « soutien » Madame Osson prend des photos avec les salariés en grève pour ensuite retourner à l’Assemblée :

  • voter la suppression de l’ISF
  • voter l’augmentation du CICE
  • voter l’augmentation de la CSG pour les retraités
  • voter encore, par la Loi Travail2 ou la Loi Pacte, la diminution drastique des droits des travailleurs.

GIF OSSSON PUPITRE

Madame Osson, si vraiment vous souteniez ces salariés de Carrefour (170 millions de CICE en 2017) ou HappyChic (groupe Mulliez, 100 millions d’euros de CICE en 2017) vous interviendriez auprès de leurs directions pour que cessent ces licenciements uniquement justifiés par une soif de profits et de dividendes. Vous dénonceriez les propos méprisants de Madame Penicaud envers les salariés d’Happy Chic : « On ne peut pas garder les métiers du passé » ou encore « on ne peut pas garder la bougie quand l’électricité arrive ».

Revenons-en à notre mouton…

Monsieur Valls s’engage en tête de liste de Ciudadanos à Barcelone. Madame Osson trouve ce choix bien audacieux.

Ciudadanos a un programme clairement libéral, très proche des conservatismes les plus éculés : privatisations, baisse des impôts pour les plus riches, suppression du CDI…

De plus celui-ci est clairement opposé au mariage homosexuel et a une vision très restrictive sur l’avortement. Rappelons les propos de son président, Alberto Rivera : «l’avortement n’est pas un droit mais un échec de la société. Nous voulons réguler cet échec. Ce doit être une exception.»

politis valls barca

Voilà donc ce que Madame Osson trouve audacieux.

Quand elle parle des  valeurs de Valls, elle doit sans doute penser à celles des éditos de « Valeurs actuelles »…

Avec son  mentor, Monsieur Baert, elle dénonce l’attitude des députés de la France Insoumise lors de la dernière prise de parole de Valls.

Désolé, Madame Osson, si le terme «  bon débarras » vous a déplu, mais comment le dire… en catalan peut-être «  Senyor Valls, ¡Hasta nunca ! »

bondebarras fi

Thierry Duel
Conseiller Municipal de Wattrelos
France Insoumise

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire